Bilan du Formalab après une année de fonctionnement

Entretien avec Mathieu, l'animateur du Formalab.

 

Combien de stagiaires ont participé à FormaLab depuis sa création ?

28 jeunes ont été accueillis. Agés de 18 à 24 ans, ils étaient inscrits dans différents dispositifs du Greta du Velay tels que « Compétences clés » ou « Formation préparatoire à l'insertion pour les personnes en situation de Handicap ». Une partie a participé à des ateliers temporaires allant d'une demie-journée à 16 heures alors que d'autres avaient un module FormaLab intégré à leur planning de formation à raison de 3 heures hebdomadaires et ce, sur la totalité de leur formation (12 mois).

 

Quelle est la typologie des stagiaires accueillis ?

Il s'agissait de stagiaires ayant une reconnaissance « travailleurs handicapés » issus pour la plupart de l'enseignement spécialisé (Impro, Ulyss...). D'autres étaient sans emplois ou qualification. Ils avaient, pour nombre d'entre eux, vécu une scolarité « douloureuse ».

 

Quelles ont été les activités du FormaLab ?

- Les stagiaires ont monté une fraiseuse à commande numérique qui permet de graver tout type de formes sur un grand nombre de supports. Cette machine, intégralement sous licence « libre », comporte une partie mécanique (châssis, axes, moteurs, courroie...) et est pilotée par informatique (carte Arduino, contrôleurs pour moteur pas à pas). Elle est dirigée par une suite logicielle (Inkscape, Replicator G, Arduino).

- Une lampe activée par détection de mouvement a également été réalisée. Montée à base de carte Arduino et de composants électroniques (Led, capteur de mouvement, condensateurs, résistance), son socle a été usiné grâce à la fraiseuse précédemment montée.

- Un atelier robot, animé par nos partenaires espagnols d'ITD a permis aux stagiaires, le temps d'une journée, de s'initier à la robotique. La réalisation des robots s'effectuant en groupe, ils ont dû collaborer et échanger afin de réussir le montage et la programmation des robots.

- Un atelier Trashbot dont le but est la réalisation de robots fait uniquement d'objets et de jouets de récupération. Cet atelier, en plus d'apprendre quelques rudiments d’électricité et d'encourager l'imagination et la créativité, permet d'aborder des questions telles que le traitement des déchets ou l'obsolescence programmée avec les stagiaires.

- Des petits ateliers temporaires à base d'Arduino (programmer une carte Arduino pour actionner un moteur, allumer des diodes...).

- Des ateliers « j'apprends à souder ». Les stagiaires apprennent les bases de la soudure à l'étain.

 

Comment s'organisent les séquences de FormaLab ?

Les séquences sont libres. Les stagiaires présents organisent eux-mêmes leur travail. Ils se répartissent les tâches à accomplir et travaillent au rythme qui leur convient.

 

Quels sont les avantages d'une telle organisation ?

Les stagiaires apprécient cette organisation. Ils se sentent maîtres du temps donc responsables. Une fois qu'ils se sont appropriés le temps, ils s'organisent naturellement pour tenir des délais qu'ils fixent eux-mêmes. Ils gèrent eux-mêmes les problèmes qui se présentent. Par exemple, un stagiaire plus doué dans une tâche va l'accomplir pour rattraper du temps perdu. Ainsi, au fil des séquences, les tâches de chacun se rationalisent, les stagiaires finissant par s'attribuer des tâches adaptées à leurs compétences dans un souci d'efficacité.

Ce souci d'efficacité est valorisable dans le monde de l'entreprise. Le fait que les stagiaires aient cette préoccupation « naturellement » lorsqu'ils sont laissés en autonomie montre qu'ils possèdent une des adaptations indispensables au monde du travail.

 

Qu'est-ce que les stagiaires apprennent durant l'atelier FormaLab ?

Lorsque nous interrogeons les stagiaires sur leurs apprentissages au sein de l'atelier, les réponses sont assez homogènes. Les compétences récurrentes sont, lire un plan, un schéma, apprendre à souder, des notions d'électricité, l'informatique (découverte de certains logiciels mais aussi du fonctionnement global d'un ordinateur), faire un montage.

Les compétences transversales sont le travail en équipe. « On s'entraide, on se donne des astuces. Plus tard, dans le travail, ça sera pareil. », apprendre par soi-même, l'autonomie, la minutie, le sens pratique.

D'après leurs témoignages, ils ont globalement le sentiment d'apprendre mieux.

La valorisation individuelle et collective amenée à la fois par des machines « high-tech » mais aussi par un degré d'autonomie plus élevé que dans un cours classique leur procure indéniablement un plaisir non feint et semble mettre les stagiaires dans des dispositions très propices à une dynamique d'apprentissage.

 

Quelles sont à votre avis les réussites de FormaLab ?

Au-delà de la réalisation des machines par les stagiaires qui est déjà une réussite en soit, je dirais qu'une des plus grandes réussites de cet atelier est l'ambiance générale qui s'en dégage.

Nous avons affaire à des stagiaires contents d'être là où ils sont. Ils se sont appropriés le lieu ainsi que les projets très facilement.

L'attention qu'ils apportent à ce qu'ils font mais aussi au matériel de l'atelier témoigne qu'il s'agit de leur atelier, de leur imprimante 3d.

Certains stagiaires restent au-delà des horaires prévus afin de continuer à avancer dans le projet.

D'autres stagiaires qui ont achevé leur parcours au sein du Greta reviennent au FormaLab sur leur temps libre pour participer avec les nouveaux aux projets en cours.

Il n'est pas rare qu'ils apportent leur matériel défectueux pour essayer de le réparer au sein de l'atelier.

Comme je l'ai expliqué plus haut, les stagiaires gèrent leur temps eux-mêmes. Il n'y a donc pas de pause programmée. Il arrive qu'ils n'en prennent pas et, s'ils en font une, elle est habituellement courte.

Le caractère « libre » de l'atelier, son côté « high-tech », la position des formateurs, « à côté » et non plus « en face » ou « au-dessus », participent à la création d'une ambiance de travail agréable et confortable. Les stagiaires l'assimilent facilement comme proche de la réalité de l'emploi.

Cette expérience positive leur permet d'acquérir de la confiance et des compétences qu'ils pourront valoriser par la suite dans leur CV, portefeuille de compétences ou durant un entretien d'embauche.

Du côté des formateurs, travailler au FormaLab est aussi riche. Il faut assimiler de nouvelles pratiques : pas de cours préparés, et ne maîtrisant pas certaines techniques mises en œuvre dans l'atelier, ils doivent avancer au même rythme que les stagiaires, ils sont interdépendants avec les stagiaires.

Cette rupture vis à vis des cours traditionnels offre un regard nouveau sur les stagiaires accueillis, leurs capacités, leur potentialité d'engagement, d'initiatives et d'apprentissage. Le « faire ensemble » constitue un nouveau paradigme appréciable.